Together in Peace - Liberté et Respect

À la fin de cet hiver, force est de le constater: l’année 2015 n’a pas bien commencé. Les conflits armés et le chaos augmentent aux frontières orientales et méridionales de l’Europe. Cela ne reste pas sans répercussion sur notre société.

Les actes terroristes récents à Paris et Copenhague et les attentats déjoués en Belgique créent un climat de peur. Cette stratégie de la terreur vise à accroître la polarisation dans la population afin que les groupes se dressent les uns contre les autres. L’impact en est significatif, notamment sur les enfants et sur les jeunes, comme cela se voit dans nos écoles.

Nous ne voulons pas céder à cette stratégie de la terreur. L’État a le devoir de protéger les libertés démocratiques ainsi que tous les citoyens, particulièrement ceux qui appartiennent à des minorités. Les autorités belges ont pris cette tâche au sérieux. Nous leur en sommes reconnaissants.

En même temps, comme représentants officiels des religions reconnues et de la laïcité dans ce pays, nous sommes conscients de notre propre responsabilité: celle d’encourager nos fidèles et sympathisants à s’engager activement en faveur du vivre ensemble dans la paix, de la protection des libertés démocratiques propres à l’État de droit et du respect fondamental de chaque être humain, quelle que soit sa croyance ou sa conviction. L’État de droit a besoin de lois. La société, elle, se conforte également grâce aux personnes et aux groupes qui l’inspirent. C’est à cela que nous, représentants des Églises chrétiennes, du judaïsme, de l’islam et de la laïcité en Belgique, voulons nous engager, en paroles et en actes.

Le 14 janvier 2015 nous avons signé, à l’invitation du Premier Ministre, une déclaration qui énonçait notre volonté commune de défendre et promouvoir les libertés fondamentales et notre socle commun de valeurs. Ceci se fonde sur nos différentes traditions spirituelles et philosophiques.

Aujourd’hui, nous voulons faire un pas de plus. Ensemble, nous avons décidé d’organiser la marche nationale ‘Together in Peace – Liberté et Respect’ du dimanche 15 mars 2015. Cette initiative concrète et commune est une nouveauté pour notre pays. Nous voulons marcher les uns à côté des autres dans les rues de Bruxelles, pour montrer et fortifier notre désir de vivre ensemble dans la paix. Nous invitons les associations et les citoyens de bonne volonté à s’associer à ce mouvement. Nous tenons à remercier les associations qui l’ont déjà fait, en particulier la Communauté de Sant’Egidio, qui a assumé la responsabilité de coordonner cette initiative.

Durant notre marche, nous nous arrêterons devant une mosquée, une synagogue, une maison de la laïcité, une cathédrale orthodoxe, une église catholique et un temple protestant: des lieux qui symbolisent le pluralisme philosophique et religieux de notre pays et de l’Europe. Cela sera un signe du respect fondamental que l’on se doit l’un à l’autre et de la solidarité profonde qui nous lie. C’est un acte par lequel nous voulons valoriser et protéger l’autre, avec sa croyance et sa conviction.

Tous, en effet, nous avons des motifs de crainte. Les citoyens juifs, qui ont été une fois de plus la cible d’une nouvelle forme d’antisémitisme lors des récents attentats, comme cela fut aussi le cas à Bruxelles l’année passée; les musulmans, qui voient comment leur religion a été détournée par des radicaux violents, ce qui peut alimenter l’islamophobie; les chrétiens, qui voient comment leurs coreligionnaires sont persécutés ailleurs et qui sont préoccupés pour l’avenir de l’Europe; les personnes non-croyantes ou avec une croyance différente qui redoutent une hausse de l’obscurantisme religieusement inspiré. Mais aujourd’hui nous ne voulons pas que l’angoisse l’emporte, mais bien la volonté de valoriser l’autre, au-delà de nos différences, et le désir de construire ensemble une société où il y a une place pour chacun, dans la liberté et le respect.

Nous ne voulons pas dissimuler que nos opinions peuvent diverger sur nombre de questions. Ce débat sur l’avenir de notre société, nous devons et nous voulons le mener dans le cadre de l’État de droit démocratique.

Mais aujourd’hui nous voulons dire que beaucoup de choses nous lient aussi : l’amour et l’appréciation de ce pays et de l’Europe, avec leurs capacités de faire vivre ensemble dans la paix des pays et des populations différentes, avec leur liberté d’expression, de conscience et de religion et avec leur protection des droits de l’homme. En ces temps difficiles, porteurs de nombreux nouveaux défis, nous estimons qu’il est plus que jamais nécessaire de mettre de côté ce qui nous divise et d’accentuer ce qui nous unit, par amour de l’humanité.

Le froid hivernal de la méfiance et de la peur passera. Avec confiance, nous attendons un nouveau printemps de liberté, de respect et de paix.

 

Pour la laïcité: M. Henri Bartholomeeusen, président du Centre d’Action Laïque – M. Sylvain Peeters, président de Unie Vrijzinnige Verenigingen
Pour l’église anglicane: Bishop Robert Innes, évêque
Pour l’église catholique: Mgr André-Joseph Léonard, président de la Conférence des Evêques de Belgique
Pour le judaïsme: Prof. Julien Klener, président du Consistoire central israélite de Bruxelles
Pour les églises protestantes et évangéliques: Ds Steven Fuite, président de l’Union des Eglises protestantes de Belgique – Geert W. Lorein, président du Synode fédéral des Eglises Protestantes et Evangéliques en Belgique
Pour les églises orthodoxes: Mgr Athenagoras Peckstadt, métropolite de Belgique du Patriarchat œcuménique de Constantinople
Pour l’islam : M. Noureddine Smaïli, président de l’Exécutif des Musulmans de Belgique

Le Soir, 10/03/2015